Le guide de votre bien-être à domicile

Allergie

Actualités

Les parfums d’intérieur, cause d’allergies respiratoires et de crises d’asthme !

Les personnes prédisposées aux allergies respiratoires et à l’asthme devraient reconsidérer l’usage de parfums et désodorisants d’intérieurs, mais aussi des bougies parfumées. Les substances chimiques que contiennent ces parfumeurs d’ambiance peuvent causer des allergies voire aggraver les crises d’asthme. C’est ce qui ressort d’une étude présentée par l’American College of Allergu, Asthma and Immunology (ACAAI) lors de son congrès annuel à San Francisco, aux Etats-Unis, en novembre 2011.

En effet, l’étude montre que les composés organiques volatils (COV) tels que le ormaldéhyde, limonène, esters et autres alcools sont des allergènes connus, et sont pourtant retrouvés en quantité non-négligeable dans ces parfums d’intérieurs. Certains seraint même cancérigènes.

L’ACAAI a également souligné que, même à de faibles doses, ces COV peuvent causer de l’asthme chez les enfants. A fortes concentrations, ils provoqueraient des maux de tête, des étourdissements et une irritation des voies respiratoires et des yeux. Plus inquiétant encore, ils peuvent provoquer des pertes de mémoire.

Par ailleurs, les produits censés être “biologiques” et même ceux qui portent la mention “sans parfum” peuvent aussi contenir des composés organiques volatils. Ils ne seraient donc pas complètement sans danger.

A ce sujet, le président de l’ACAAI, le Dr Stanley Fineman, a précisé qu’une autre étude portant sur 2000 personnes a déjà été publiée en 2009 dans le Journal of Environmental Health. Une étude qui montrait alors que 31% des personnes interrogées affirmaient avoir des réactions allergiques aux parfums portés par d’autres personnes, et 19% ont affirmé être allergiques aux vaporisateurs. Une proportion qui va jusqu’à 34% chez les personnes souffrant d’asthme.

A ce jour, les chercheurs déclarent que ces produits parfumeurs d’ambiance ne font pas l’objet d’une réglementation rigoureuse, la responsabilité revient aux consommateurs, qui devraient utiliser ces produits avec modération, afin de ne pas aggraver le terrain allergique.