Le guide de votre bien-être à domicile

Allergie

Les causes de l’allergie

allergie

© MKR Berlin - iStockphoto

Il y a des allergies à toutes sortes de substances. Faire une liste exhaustive des allergènes n’aurait aucun sens. Néanmoins, il est possible d’identifier des facteurs récurrents dans le déclenchement des crises allergiques.
  1. Des prédispositions aux origines mal connues
  2. Pourquoi de plus en plus d’allergies ?
  3. L’âge, un facteur d’allergies ?
  4. Le cercle vicieux des allergies

Des prédispositions aux origines mal connues

La crise allergique est une association malheureuse : la rencontre entre une substance allergène et un organisme particulièrement sensible à cette substance. La science se trouve encore face à un vaste espace de découverte dans le domaine des allergies. Les connaissances sur leur origine sont assez limitées : développe-t-on une allergie ? Sommes-nous prédisposés à faire une allergie ? Les allergies sont-elles génétiques ? Certes, de nombreux cas d’allergies familiales ont été recensés mais cela n’explique pas tout. Preuve en est, la majorité des enfants allergiques sont les seuls sujets de leur famille à en souffrir. Néanmoins il est possible, lors d’examens médicaux, de déterminer chez un patient s’il est prédisposé aux allergies (sans forcément savoir pourquoi il est prédisposé). La prédisposition aux allergies est appelée atopie. Des études menées au tout début du siècle ont relevé le fait que 40 à 60 % des enfants atteints d’eczéma atopique étaient susceptibles de souffrir également d’allergies respiratoires.

Si de nombreux facteurs peuvent être à l’origine des allergies, certains allergènes sont plus fréquents que d’autres et touchent de plus larges franges de la population. Parmi les allergènes aériens, le pollen fait beaucoup de malheureux notamment au printemps. Dans les chambres à coucher et plus particulièrement dans la literie, les acariens et plus précisément leurs déjections, peuvent occasionner de lourdes gênes. L’on accuse souvent les poils d’animaux (chat, chien, chevaux…) de provoquer des allergies. Ce sont en fait les squames (de petits morceaux de peau) qui se détachent et déclenchent les réactions.

L’alimentation fait aussi partie des principales causes d’allergies. On retrouve au nombre des allergènes alimentaires le lait de vache (particulièrement mal toléré par les populations originaires d’Asie), les œufs, les arachides, les noix, le gluten du blé, le soja, le sésame …mais également de nombreux produits de la mer comme les poissons et les crustacés. Les sulfites, notamment présents dans le vin rouge, sont utilisés comme conservateurs dans de nombreux aliments et sont donc difficile à éviter.

Dans un tout autre domaine, le venin de nombreux insectes, notamment celui des abeilles, des guêpes et autres frelons provoque parfois des œdèmes. Le latex au contact de la peau provoque également chez certaines personnes des allergies. D’autres malades, doivent pour leur part faire particulièrement attention à la composition des médicaments qu’ils prennent au risque de se retrouver plus souffrants à cause du traitement censé leur apporter du confort.

Pourquoi de plus en plus d’allergies ?

Si les spécialistes s’accordent à reconnaître que les facteurs déclenchant des allergies sont aussi nombreux que variés, ils constatent également un accroissement progressif du nombre de cas d’allergies au cours des dernières décennies. Les allergies sont largement plus nombreuses en ce début de millénaire qu’il y a encore trente ans. Particulièrement dans les pays industrialisés : entre 40 % et 50 % de la population est touchée par au moins une forme d’allergie. La société s’est donc interrogée sur ses évolutions fondamentales pour savoir si nos modes de vie n’induiraient pas de nouvelles réactions. La pollution atmosphérique est naturellement incriminée. La fumée et les goudrons des cigarettes causent d’importants dégâts, tout comme l’accumulation des gaz rejetés par les voitures et l’industrie. Soumis, en particulier dans les grandes villes au contact des pots d’échappement à un air vicié, les organismes sont constamment agressés et en perte de repères, ils ne savent plus forcément comment et contre quels agresseurs réagir. Chercheurs et allergologues ont tendance à penser que la pollution est surtout un facteur aggravant des allergies plutôt qu’une cause directe. Indirectement, la pollution industrielle est à l’origine de nombre d’allergies aux pollens dans la mesure où le réchauffement climatique induit par les gaz à effet de serre favorise la production de pollen par les plantes.

Par ailleurs, l’hypothèse de l’excès d’hygiène est régulièrement avancée : nous vivons dans un environnement aseptisé, notre corps n’est plus assez soumis aux agressions de l’environnement extérieur et il ne sait plus se défendre. D’une société médiévale où les maladies et les épidémies se répandaient très largement et très rapidement à cause d’un manque d’hygiène total, nous sommes passés à une société où particulièrement les enfants en bas-âge ne sont plus exposés à ce qui va devenir un allergène. Enfant de la même façon que nous apprenons au quotidien, un organisme en devenir traverse aussi une période d’apprentissage. La théorie hygiéniste avance donc qu’au contact des bactéries et des virus, le système immunitaire apprend à se renforcer. A défaut, il devient plus sensible aux substances étrangères à l’image d’un enfant qui aurait grandi loin de la civilisation et serait effrayé à chaque nouvelle rencontre. Le fait que les enfants qui contractent de nombreux rhumes chaque année soient globalement moins sujets aux allergies abonde dans le sens de l’hypothèse hygiéniste comme l’une des explications à l’accroissement presque exponentiel du nombre de malades.

L’âge, un facteur d’allergies ?

Nous l’avons dit, le système immunitaire d’un enfant est encore en construction et se trouve naturellement plus sensible aux substances allergisantes. Toutefois, il n’est pas impossible que des allergies apparaissent à l’âge adulte. Les voyages et de façon générale la confrontation à de nouvelles substances représente logiquement toujours un risque, aussi minime puisse-t-il être. Inversement, il est tout à fait possible qu’une allergie présente pendant l’enfance ou l’adolescence disparaisse avec les années. Il est fort probable que les hormones jouent un rôle sur le système immunitaire. Ainsi, il arrive parfois que la grossesse s’accompagne de l’apparition d’une nouvelle allergie respiratoire. Notons à cette occasion que le tabagisme chez la femme enceinte est une des causes principales d’asthme chez le futur enfant.

Le cercle vicieux des allergies

Il arrive fréquemment que la réaction allergique du corps au contact d’une substance étrangère provoque un échange de globules blancs d’une partie du corps à une autre. Par exemple, lors d’une toux, les remontées acides de l’estomac dans la gorge provoquent une abrasion des cellules locales, rendant le terrain plus sensible tandis que les globules blancs déposés accentuent l’allergie.